Elu président de la Fgvb* le 11 juillet 2016, Hervé Grandeau est viticulteur en AOC Bordeaux. Actuellement président de l’ODG Bordeaux et Bordeaux supérieur, il est administrateur de la Fgvb depuis 2006 et membre du Bureau du Civb depuis 2010. Il succède à Laurent Gapenne qui n’a pas souhaité se représenter après huit années de mandat.

Le nouveau président a précisé qu’il souhaitait inscrire son action dans le prolongement de celle de son prédécesseur: « La viticulture girondine doit continuer à parler d’une seule voix pour être entendue, que ce soit au niveau local ou national et j’aurai à cœur de la représenter dans toute sa diversité » précise -t-il. Il détaille les principaux défis, à l’échelle européenne, nationale ou locale, auxquels la viticulture sera confrontée dans les prochains mois.

Premier enjeu : Le projet de " simplification " du droit communautaire, qui inquiète fortement la viticulture car il pourrait remettre en question certaines règles d’étiquetage et le modèle des Appellations d’Origine ;

Deuxième enjeu : La Défense de la place du vin dans la société, face aux menaces de durcissement des politiques de santé publique ;

Troisième enjeu: La gestion du potentiel de production. Elle nécessitera une grande prudence pour maintenir un équilibre entre offre et demande afin de garantir la pérennité des exploitations viticoles : « nous serons très vigilants sur la croissance du vignoble, qui devra accompagner celle de nos marchés, afin de ne pas créer de déséquilibre structurel qui paupériserait la viticulture » précise-t-il. 

Quatrième enjeu : la réduction de l’impact de la viticulture sur l’environnement. « Nous devons inscrire notre action dans le long terme, sur plusieurs axes : Amélioration du matériel de traitement, adaptation des doses de produits à la pression des maladies, plantation de cépages résistants sont autant de pistes à creuser afin de répondre aux attentes sociétales, et de promouvoir ainsi le bien vivre ensemble ».

Hervé Grandeau

« Je souhaite que la Fédération soit un acteur fort pour réaffirmer l’importance de la présence et de l’envie de Bordeaux sur les marchés » ajoute Hervé Grandeau avant de conclure : « répondre à ces défis multiples nécessitera un travail d’équipe réunissant tous les représentants professionnels de la viticulture bordelaise ».

(*) La Fédération des grands vins de Bordeaux regroupe les organismes gérant les 60 AOC girondines qui rassemblent près de 6000 viticulteurs.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn